French English German Italian Spanish

Études et messages essentiels

 

 En cliquant sur le titre du message, celui-ci se télécharge dans votre ordinateur. Vous pouvez alors le récupérer sur votre "bureau", dans le dossier "téléchargement" ou ailleurs suivant comment vous avez paramétré votre ordinateur.

Bonne méditation...

Word 141012 Le dessein éternel de Dieu.doc
Word 141005 Jésus au milieu de nous.doc
Word 140111 Le Saint-Esprit à l'œuvre en permanence.doc
Word 131103 Les étapes du salut.doc
Word 130630 La persévérance.doc
Word 130505 La portée de l'Ascension.doc
Word 130428 Des rendez-vous précieux.doc
Word 130421 Le Ministère de la Vie.doc
Word 120710 Comme un arbre de Vie.doc
Word 101212 Missing – Des pères et des mères.doc

Imprimer E-mail

Le dessein originel de Dieu

 

 

 

 

Dieu n'a pas créé l'homme avec le besoin du salut. Retournez au projet de création en Genèse 1 et 2, et vous découvrirez que le dessein de Dieu a précédé la chute. Cela devrait nous amener à poser une question très incisive : que serait devenus les êtres humains s'ils n'avaient jamais chuté ? L'humanité spirituelle se serait développée et serait devenue le Corps spirituel de Christ, son Epouse.

 

Avant la chute, l'Epouse, le Corps de Christ est le premier dessein de Dieu en créant l'humanité. 

 

Après la chute, le Père a accompagné l'humanité puis envoyé son Fils dans le but de restaurer son dessein éternel d'amener l'humanité et la création à participer à sa propre vie. C'est à travers l'Eglise que Jésus-Christ bâtit par l'Esprit, que nous pouvons témoigner à toute la création, la dynamique du coeur de Dieu. Notre fraternité est notre participation à la communion divine entre le Père et le Fils et le Saint-Esprit.

 

Nous parlons de sauver des individus, mais nous n'insistons pas assez sur l'intention première de Dieu de faire de ces rachetés "un peuple" à part, une Eglise, un Corps spirituel, une fiancée pour Christ. L'Eglise, ne peut être ce clergé dans des dénominations différentes à l'image de la société humaine. L'Eglise est une image de l'unité relationnelle de la nouvelle société céleste, l'épouse unique de Christ. L'Église a beaucoup d'importance, car elle compte tellement pour Dieu, elle ne devrait jamais être séparée de la vie chrétienne. Par conséquent, derrière la pratique de l'Église se dresse un but énorme et incroyable.

 

On a mis l'expérience indispensable du salut personnelle en Jésus-Christ avant le dessein éternel de Dieu alors on reste dans le brouillard. On s'est appuyé pour cela sur les trois premiers évangiles, les épîtres aux Romains et aux Galates. Nous avons pourtant mis de côté depuis trop longtemps une réalité fondamentale qui éclaire toute notre vie nouvelle : Paul l'appelle le "dessein éternel" Éphésiens 3, 11Avant la chute, de tout temps, le premier désir de la Trinité est de rassembler ce Corps spirituel pour Christ, l'Eglise, pour aimer plus encore chacun de nous dans un ensemble spirituel vivant "en Christ", le Corps de Christ, son épouse. C'est ce que montre Genèse 1 et 2, Apocalypse 21 et 22, l'Evangile de Jean, les épîtres aux Ephésiens et aux Colossiens. Voir Ephésiens 1, 4-12, surtout le 10. Romains 12, 4-5 ; Ephésiens 4, 11-16 ; Colossiens 1, 16-18 ; 3, 15.

 


L'Eglise : c'est Jésus-Christ au milieu de nous.    Matthieu 18, 20 ; 1 Corinthiens 14, 26 ; Colossiens 3, 16.

 

Dès que nous sommes deux ou trois, nous manifestons l'Eglise, en vivant les arrhes de cette communion par le Saint-Esprit. Nos rencontres sont dans l'onction quand nous vivons cette espérance, cette vision. La Sainte Cène célèbre cette vérité : Faites ceci en mémoire de moi. Ce ne doit pas être un souvenir morbide, Jésus a voulu que ce soit une fête en nous souvenant bien que son sacrifice, son amour nous ouvre le ciel et la communion éternelle avec la Trinité dans la joie et la paix.

 

"Jésus en moi" est l'expérience individuelle indispensable avec le Seigneur. Jean 5, 24 ; Actes 2, 38. 

"Jésus au milieu de nous" est l'expérience de l’Eglise.

 

Jésus marche déjà parmi nous, nous touchant, nous animant du fruit de l'Esprit, parlant par ses dons coulant à travers les membres de son Corps, l’Eglise. "Jésus à l’intérieur" est l’expérience privée. "Jésus au milieu de nous" est l’expérience corporative. Quand deux ou trois croyants nés de nouveau se rassemblent en son nom, Jésus est AU MILIEU. Jean 20, 19, Jésus au milieu, c’est L’ÉGLISE, la communauté ! C’est une expérience différente que Jésus à l’intérieur.

Ma femme et moi sommes un, même quand nous sommes séparés l’un de l’autre par des kilomètres. Mais nous n'expérimentons toutes les bénédictions de notre mariage que lorsque nous sommes ensemble. De même, nous et les autres croyants de notre ville constituons l’église de cette ville, même quand nous ne sommes pas rassemblés. Nous pouvons recevoir toutes les bénédictions liées à l’église quand nous nous rassemblons tous, même si nous devons développer nos relations profondes dans de petites familles. C'est une Eglise où "les uns, les autres" veut dire vraiment quelque chose, où tous sont appelés à servir selon leurs complémentarités, où les problèmes de la vie de chacun sont portés ensemble. Bienvenue ! C'est la Bonne Nouvelle, c'est l'Evangile, c'est le Royaume de Dieu.

 

 

"Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux", Matthieu 18, 20.

 

Littéralement il est écrit "congrégationnés", combien de gens faut-il donc pour former une congrégation ? Je reste frappé de la portée de la réponse biblique qui vient à mon esprit : deux ou trois personnes ! C’est tout ce qu’il faut pour former une congrégation, une congrégation de croyants avec Jésus au centre. C’est déjà vraiment une église, deux ou trois qui sont "chrétiens" parce qu’ils appartiennent à Christ. Et c’est là une église au sens le plus profond du terme. C’est l’église fondamentale. Vous pouvez avoir plus que deux ou trois croyants et ce sera toujours une église, au sens le plus profond du terme, mais cela ne devient pas plus l'église, cela devient seulement une église locale plus grande.

 

Le mot grec original, ekklesia, est composé de : ek, qui signifie "hors de" et kaleo, qui signifie "j’appelle". Quand Jésus dit : "Je bâtirai mon église", Il dit : "J’appellerai mon peuple hors du monde et ils se rassembleront en mon nom" Nous ne pouvons expérimenter l’Eglise qu'en nous rassemblant ensemble. Comme pour une famille, le vécu constitutif de l'Eglise des Actes des Apôtres se passait dans les maisons. On parle d'une vie de famille en relation d'amour et de paix avec Dieu présent dans sa famille, et non d'un lieu sacré où seul un clergé de spécialiste règne entre Dieu et les croyants à travers les sacrements. Comme on est loin, dans ce vécu-là du dessein éternel de Dieu ! Même au coeur de la chute, Dieu n'a jamais renoncé à son dessein éternel, Il y a toujours travaillé. Des thèmes éternels apparaissent dans Genèse 1 et 2 et Apocalypse 21 et 22. Ces thèmes traversent toute la Bible et nous donnent un montrent le but ultime de Dieu, objet de sa volonté permanente. Par exemple on trouve le thème de la femme dans la genèse. On a fait de Marie la femme célèbre de la famille de Dieu. On l'a mise en avant, on a fait de la mère de Jésus-homme la mère de Dieu Lui-même ! Quelle confusion devant le dessein éternel de Dieu.

 

L'Eglise est "la" femme essentielle du plan de Dieu

 

Cette femme, c'est la femme de Genèse 1. Mais elle est cachée. Elle ne fait pas son apparition avant Genèse 2. Où la femme est-elle cachée ? Elle est cachée à l'intérieur de l'homme. Dans Genèse 2, Dieu plonge Adam (qui a déjà reçu le souffle de vie) dans un profond sommeil et tire de lui une femme. Considérez le fait que l'homme avait été créé à l'image de Dieu. Par conséquent, tout comme il y avait une femme à l'image de Dieu cachée à l'intérieur d'Adam, il y avait également une femme cachée à l'intérieur de Christ. Colossiens 3, 3. L'épouse du Christ était choisie en Christ avant les âges, Éphésiens 1, 4-5.

 

Quand vint la plénitude des temps, le Fils de Dieu vint sur terre. Après que son ministère sur la terre fut achevé, Dieu le Père plongea son Fils dans un profond sommeil sur une colline appelée le Calvaire. Puis, en sa résurrection, Il fit venir cette femme sur la terre et son nom est ekklesia. Elle est l'Église du Dieu vivant, l'épouse de Christ. Et la merveilleuse nouvelle, c'est que vous et moi, faisons partie de cette femme, de l'Eglise ! Romains 5, 14 ; Éphésiens 5, 23, 29-32.

 

Vous pouvez suivre cette femme de Genèse 1 et 2 tout au long de la Bible. En fait, l'évangile de Jésus-Christ commence avec cette femme, l'Eglise, l'épouse de Christ. Dans Jean 3, un prophète nommé Jean-Baptiste déclare : je suis "l'ami de l'Époux" Jean 3, 29Le dessein éternel de Dieu, dès lors, a quelque chose à voir avec un mystère caché en Dieu dans les âges passés et ce mystère est une femme, Éphésiens 3, 1-9 ; 5, 32 ; Col. 1, 26-27. Elle représente le Corps de Christ, la manifestation de son Royaume sur terre.

 

Cette femme réapparaît dans Apocalypse 21 et 22 dans son état glorieux, cette femme est l'Epouse de Jésus-Christ, l'Eglise. On voit dans ces derniers chapitres de la Bible l'accomplissement du dessein originel et éternel de Dieu. La création spirituelle est enfin achevée, l'éternité se remplit de paix, d'amour et de relations divines

 

C'est pour conduire ce projet que Jésus-Christ marche au milieu de son Eglise et que là où deux ou trois sont réunis, Il vivant est au milieu d'eux, tous les jours et jusqu'à la fin du monde. Matthieu 28, 20b.

 

 

 

Imprimer E-mail

Des pères et des mères

 

Personne n'a jamais vu Dieu ; Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père est celui qui l'a fait connaître. Jean 1, 18.

Si Dieu avait voulu se révéler comme un juge, Il aurait envoyé un juge. Mais Il a envoyé un enfant, son Fils, pour révéler ce qui caractérisait le mieux son Amour : son désir d'aimer au delà de la Trinité, c'est en cela que le Fils unique nous fait bien connaître le Père. Par le Saint-Esprit, Christ est Celui qui nous révèle le Père, la mentalité du père, la nature du Père. 

ET MAINTENANT ENCORE, IL NOUS REVELE LE PERE… PLUS PROFONDEMENT… 

La Trinité entière est Dieu pleinement. Le Fils et le Saint-Esprit sont aussi animés de l'Esprit de Père.

Les racines blessées

Quand Dieu créa la terre, il y plaça le règne minéral, le règne végétal et le règne animal. Dans ce berceau merveilleux, Dieu "enfanta" Adam qui était de sa nature, du règne spirituel. Puis vint Eve, tirée de l'homme. 

Dieu confia à Adam et Eve, le soin de croître et de se multiplier, les associant à son œuvre en tant que parents. N'étaient-ils pas à son image spirituelle, en harmonie avec ses pensées, en communion avec son coeur de Père ?

Il les avait fait homme et femme, mais aussi père et mère, porteurs d'un grand désir d'aimer des enfants. Pourtant, en se séparant du Créateur, ils ont perdu leur filiation divine. Ils étaient enfants, les voilà créatures. Ils étaient dans le règne spirituel, les voici dans le règne animal.

Dieu perdait ses enfants, mais aussi son moyen de voir naître des millions d'enfants spirituels.

 

L'homme "animal" n'est plus compatible avec la nature du Père céleste. 1 Corinthiens 2, 14. Dans cet état, l'homme n'est plus cohérent avec la Vie éternelle. Genèse 3, 22-24. C'est la perdition. Dieu avait dit : L'homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair. Genèse 2, 24. La famille spirituelle devait grandir en se multipliant à son tour en d’autres cellules familiales. L’homme aurait pu ainsi continuer de vivre à l’image de Dieu, dans sa nature et dans son style de vie. Dieu n'avait-il pas créé les hommes pour qu'ils lui ressemblent ? Mais après la chute, les racines même du projet de Dieu étaient atteintes. Dieu n'a plus d'enfants à sa ressemblance, les hommes/créatures sont orphelins !

Le regain

 

Tous les enfants spirituels qui devaient naître d'Adam et Eve auraient du constituer le Corps de Christ. Aujourd'hui c'est à travers l'Eglise que ce Corps se constitue. Comme l'homme était, à l'origine, à la ressemblance de Dieu, le Corps de Christ doit être à sa ressemblance…

Pour cela, …nous avons reçu un esprit d’adoption par lequel nous crions : Abba, Père !  Romains 8, 15.

 

UN ESPRIT D'ADOPTION ! Est-ce que l'Esprit d'adoption est en vous ? Si oui, c'est une révélation! La révélation du Père ! La preuve que tu es son enfant, de sa nature. Alors, tu es heureux comme Simon Pierre, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais ton Père spirituel qui est dans les cieux, ton Père ! Matthieu 16, 17, Tu as sa nature ! 

 

Dieu ne change pas. Son projet originel demeure: vivre une relation d'amour parfaite avec une foule d'enfants animés de son Esprit, devenus parents, à son image de Père, dans le relationnel d'Amour de la Trinité, cette immense famille s'épanouissant à jamais dans l'autorité de son Royaume. Voilà la vie éternelle !

 

 

MAIS, Adam et Eve avaient perdus leur nature "d'êtres spirituels". Ils étaient tombés dans le règne animal. Ils n'avaient pas pu engendrer les pères et les mères spirituels nécessaires au plan de Dieu. L'humanité s'était développée seulement au niveau des créatures, charnelles et mortelles. Par la puissance de sa résurrection, Christ vient donner la nouvelle naissance. Jean 1, 12-18 ; Jean 3. Dieu, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui nous a fait connaître le Père, et les attentes du Père…

 

Ceux qui croient sont entrés à nouveau dans le règne spirituel. Ils doivent accomplir enfin le projet originel de Dieu. Le regain de la vie divine est commencé. Les grands principes du Royaume sont de nouveau à l'ordre du jour : les enfants de Dieu sont encore appelés à être des pères et des mères spirituels comme Adam et Eve auraient dû l'être. Jésus-Christ l'a été parfaitement, Hébreux 2, 13b, et Il nous dit: je vous ai donné un exemple afin que vous fassiez comme j'ai fait.

L'Eglise des pères et des mères

 

Remplissez la terre. Dieu aurait pu créer un milliard d'hommes, mais il demande à l'homme de le faire. Genèse 1, 28. Et Dieu va leur donner les moyens d'accomplir cette attente : la famille, et chaque nouvelle famille pour chaque génération, et la fécondité, soyez féconds, multipliez, remplissez la terre. Les commandements de Christ sont les mêmes: allez, remplissez la terre de la nouvelle création. Ces deux mêmes moyens nous sont donnés: la famille spirituelle, le cadre de vie (les maisons) et la fécondité spirituelle (la nouvelle naissance).

 

L'Eglise est la manifestation du Royaume qui a repris pied sur terre après la résurrection de Jésus-Christ. Elle ne peut qu'être cohérente avec le Royaume de Dieu et ses principes de vie, la nature et les projets du Père. Nous pouvons recréer le cadre, poser une stratégie, mais comment amener les gens à être féconds, à avoir des enfants spirituels et à en faire des parents sans qu'ils vivent cette communion avec le Père céleste ? C'est le plus dur, parce que ce mouvement de Vie se heurte à toutes nos habitudes, à notre état d'esprit, à nos traditions, mais ce mouvement de vie est essentiel! Il ne peut venir que de Dieu ! NOUS AVONS BESOIN DU SOUFFLE DE DIEU POUR ETRE DES PERES ET DES MERES !

 

"Seigneur apprends nous à prier" demandent les disciples. Et Jésus commence par "Notre Père"… Matthieu 6, 9. Cette révélation est celle d'un Père. Nous sommes aujourd'hui animés de sa nature divine, appelés à Lui ressembler, à vivre ses attentes, à ressentir ses émotions. Mais aussi à percevoir avec son cœur le drame de sa création : ces millions d'enfants potentiels devenus créatures et promis à la mort éternelle.

 

Jésus-Christ est devenu le premier de ses enfants spirituels avec une maturité de Père. Le Fils s'est alors conduit en parfaite harmonie avec le Père. Bien sûr, Il est notre frère, mais Il a aussi une fonction de Père, pour susciter des millions d'enfants parmi les hommes. Hébreux 2, 13b. Il est ainsi le père que l'humanité n'a pas su être. De Lui sont sortis des millions de fils et de filles dont nous sommes.

C'est à nous, aujourd'hui, d'entrer dans notre vocation d'amener de nombreux enfants à la vie.

Voilà la mission de l'Eglise, voilà la moisson à faire. Voilà pourquoi nous devons aussi être des pères et des mères !

 

Dès la genèse, nous voyons ces grands principes animer naturellement le Royaume de Dieu. Il est essentiel de les discerner pour comprendre quel doit être le vécu de Son Corps, l'Eglise. Chaque nouveau chrétien doit recevoir une REVELATION du coeur du Père en voyant l’amour vécu dans ces familles que sont les cellules et les groupes dans les maisons. Ils sont formés à leur tour pour répandre la Vie comme des parents spirituels.

 

Je dois adopter les nations, ma nation, mais aussi et surtout mon voisin, mes amis, dans mon coeur, car ils sont dans le coeur de Dieu. 

Les gens, autour de moi, ont droit à cet héritage céleste. Pour cela, ils doivent devenir enfants de Dieu. Ce n'est pas une option. Cet héritage est la seule chance de salut à leur situation spirituellement désespérée. Voilà la volonté de Dieu, que ces personnes entrent dans mon coeur de père ou de mère !

 

Soyez féconds et multipliez. Genèse 1, 28. 

 

Non pas multiplier seulement, mais croître d’abord dans des églises familiales, pour multiplier ensuite, sans cesse, par chaque nouvelle naissance et chaque nouvelle cellule. C'est ainsi que vous serez féconds ! Ne vivons pas derrière les murailles de notre soi-disant sainteté, raidis par notre jugement sur les perdus, mais soyons des parents spirituels au milieu de créatures éloignés de leur vrai Père qui est aux cieux. Nous devons les aider à devenir enfants de Dieu, puis parents spirituels pour d'autres. Jean 17, 18, Marc 16, 15. L’adoption des perdus dans le coeur du Père appelle l’adoption des perdus dans mon cœur et dans ma vie. Un disciple accompli a un coeur de père ou de mère comme Jésus-Christ avait l'Esprit de son Père en Lui.

 

Nos églises doivent aussi équiper les chrétiens pour en faire des disciples accomplis, des parents, sinon ces églises ne grandiront pas longtemps et ne seront pas capables d’accueillir la moisson qui attend. 

 

Les cellules de maisons sont la TERRE D'ACCUEIL adaptée dans le cadre de l'Eglise, pour recevoir les perdus et vivre avec eux les réalités du Royaume qui en feront des enfants de Dieu.

Les groupes de maisons sont le CADRE DE VIE efficace dans l'Eglise, pour les équiper, un à un, et en faire des parents spirituels qui se tournent vers la moisson. C'est le besoin de l'Eglise, et le plan de Dieu.

Je prends conscience qu’Il m'appelle à tourner mes regards avec Lui vers le monde, le coeur rempli de son amour. Ai-je déjà ressenti le frémissement de son coeur pour ses enfants égarés ? Luc 19, 41. 1 Jean 3, 1.

 

L'Apôtre Jean parle d'enfants, de jeunes gens et de pères. 1 Jean 2, 12-14. L'Apôtre Paul reproche aux Corinthiens d'être encore restés des enfants. 1 Corinthiens 2, 15 et 3, 1. Il faut que les nouveaux grandissent pour ensuite devenir des parents spirituels et accomplir ainsi leur part du ministère. Le salut, ce n'est pas simplement "être sauvé" et rester le même. Le salut consiste à retrouver la Vie de Dieu, une vie animée de ses aspirations, une vie cohérente avec les principes de son Royaume, une vie qui lui obéit parce que nous l'avons reconnu comme notre Seigneur. Ce salut complet me permet de retrouver la communion avec le coeur du Père. Son amour pour les perdus se met alors à brûler en moi comme il brûle dans son cœur. Ce feu est la source de ma passion pour les âmes.

 

Papa ! 

 

A la "nouvelle naissance" je suis entré dans une relation filiale avec Dieu. Comme un nouveau-né, je n'ai pas mesuré tout de suite la portée de cette relation, mais plus tard, j'ai grandi et j'ai commencé à dire "Abba, Père". J'ai découvert Dieu comme un Père qui m'aime, mais aussi comme le Père qui aime ceux qui m'entourent ! L’Amour du Père pour ces gens est-il la source de ma motivation personnelle ? La souffrance du Père pour ses enfants perdus pèse-t-elle sur mon coeur et ma conscience ?

 

Chaque jour, des personnes naissent de nouveau. Puis le Saint-Esprit les édifie dans l'église pour en faire des témoins, des parents et Jésus envoie ces nouveaux parents vers le monde. DIEU élève un peuple nouveau dans sa gloire pour l’éternité. La Bible l’appelle l’Eglise !

Ainsi, chaque nouveau disciple devient un parent spirituel dans la grande famille de Dieu, pour que la fécondité de Dieu se répande, accomplissant le projet originel et éternel du Père : avoir une foule d'enfants à aimer, une foule d'enfants qui l'adorent et qui l'aiment.  Genèse 1, 28a.

Quand nous marchons dans une vraie communion avec le Saint-Esprit, nous vivons ces principes du Royaume. Nous devons devenir des disciples pour faire vivre de nombreuses familles d’accueil pour les enfants du Père, égarés dans ce monde.

 

Etre des pères et des mères, c’est à quoi répond la vision de l’Eglise dans les maisons.

 

 

 

Imprimer E-mail

Comme un arbre de vie

 

Psaume 1, 1-3 : "Il est comme un arbre planté près d'un courant d'eau, qui donne son fruit en sa saison et dont le feuillage ne se flétrit point. Tout ce qu'il fait lui réussit".

 

La Parole de Dieu nous informe des pensées de Dieu, de Sa volonté, de ce qui s'accomplira certainement, de toutes façons. Son attente est de nous voir enracinés ensemble en Christ et dans Sa pensée qui seule nous communique Son ADN spirituel, la nature même de Dieu en nous, que représente le tronc commun, riche de toutes ces branches diverses que Dieu suscite.

 

Je bâtirai Mon Eglise a dit Jésus, Il est le Maître d'oeuvre : Mat. 16, 18. Nous ne sommes que les ouvriers du Maître de la moisson. Comme pour le temple, nous devons faire tout suivant le modèle qu'Il nous a donné, Exode 25, 9. Or, Jésus-Christ n'a presque jamais parlé de l'Eglise (seulement une autre fois en Matthieu 18) mais Il a enseigné le Royaume de Dieu tout au long de son ministère et communiqué ainsi les normes de la Vie divine, son ADN spirituel. Il dit à ses disciples, aujourd'hui encore : Le Royaume de Dieu est au milieu de vous. Luc 17, 21.

 

Après sa résurrection, Il passa 40 jours à les enseigner sur les mystères du Royaume. Act. 1, 3.

Après son Ascension et la Pentecôte, ils ont mis en pratique tout ce que Jésus-Christ leur avait enseigné sur le Royaume et ils ont appelé cela l'Eglise.

Il n'y a qu'un Royaume de Dieu, il n'y a donc qu'une seule Eglise qui assemble en un seul Corps tous ceux qui sont nés de nouveau quelle que soit la famille spirituelle dans laquelle ils vivent leur vie nouvelle. Dieu élève un peuple nouveau dans sa nature pour le servir. Il l'établit dans son Royaume répandu dans le coeur des croyants. Ce Royaume est "caché" en nous, il est notre tronc commun, il se manifeste par l'Eglise qui l'adore.

 

Les racines.

 

Celui qui prend plaisir à la loi de l'Eternel est "enraciné" près de la source de vie.

Toute la Trinité divine, dans Son amour passionné, agit en permanence pour édifier l'Eglise :

a) Le Père aime tous les hommes, ceux que je croise ont droit à son héritage, Il les a adoptés.

b) Le Fils est mort et ressuscité pour chacun, le salut leur est offert comme à moi, par grâce.

c) Le Saint-Esprit accomplit les missions que Jésus Lui a données. Il travaille à convaincre les coeurs ouverts, là où je vis aussi. Il veut me conduire vers eux. Jean 16, 7-11. Je discerne par l'Esprit et je saisis par la foi, que le lieu où je vis n’est pas un terrain desséché, abandonné de Dieu. Nous puisons la Vie nouvelle qui nous anime dans ces révélations de l'eau de la Parole.Voilà nos racines, nourrissant notre foi, pour agir ensemble, en Christ. Ephésiens 2, 10 et 3, 20.

 

Le tronc.

 

Christ est ce tronc, tous ensemble, en Lui, nous devenons, comme ce grand arbre. Dieu met sa grande révélation sur tous ses disciples pour les équiper de l'Esprit. Mat. 16, 15-19 : Pierre ayant la révélation de qui était Jésus pouvait devenir un roc sur lequel Jésus bâtirait son Eglise. Partout où d'autres chrétiens ont cette même révélation, ils deviennent eux aussi, des rocs sur lesquels Jésus peut bâtir son Eglise. Tel que je suis, si je sais que Jésus est le Christ, j'ai reçu la même révélation, je dois le croire avec joie et entrer dans le Royaume de Dieu, dans l'Eglise. Je suis une partie du fondement. OUI ! Jésus veut et peut bâtir son Eglise sur moi et avec moi aussi ! J'ai la nature spirituelle du tronc divin. Esaïe 11, 1-2.

Jésus bâtit l'Église à sa ressemblance, selon les principes même du Royaume de Dieu : amour dans le relationnel, autorité divine, unité, complémentarité dans l'harmonie, cohérence divine. Pour cela, le Saint-Esprit édifie l'Eglise de façon à ce qu'elle puisse vivre ces principes du Royaume qui traduisent l'ADN, le "caractère" permanent de Dieu dans la Trinité, le tronc de cet arbre communiquant la sève divine à toutes les branches appelées à porter les fruits. 

Pour ce faire, Il conduit l'Eglise dans de grands rassemblements au temple, mais aussi dans un vécu relationnel dans les maisons. Actes 2, 46-47, Romains 16, 1 Corinthiens 16... Il y eut jusqu'à 100.000 chrétiens à Jérusalem. Les besoins de chacun ont été comblés dans les maisons où des milliers de serviteurs se partageaient le travail dans tous les lieux de vie. Alors, la multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un coeur et qu’une âme, car ceux qui avaient cru étaient des disciples marchant dans la grande révélation, dans une vie d'église cohérente avec

les valeurs du Royaume, Actes 4, 32. Luc 4, 18-21.

 

Les branches.

 

Ce sont toutes ces oeuvres que nous menons chacun de notre côté avec nos qualités propres. 

Le Saint-Esprit nous conduit à être cette Eglise aujourd'hui encore dans toutes nos différences :

 

- Familles d’accueil pour tous, pour restaurer le relationnel entre Dieu et tous les hommes.

- Cellules d’écoute, de vie, de partages, de témoignages, comme pendant un repas en famille.

- Espaces de transformation, de guérison au sens large, comme la chaleur d'un foyer fraternel.

- Lieux d’annonce de l'Evangile pour conduire les hommes perdus à devenir enfants de Dieu.

- Groupes de formations sur les fondements de l'Evangile où les enfants de Dieu deviennent des parents spirituels

- Parents pirituels en communion avec le coeur compatissant du Père pour les perdus.

- Eglises locales qui vivent chacune à leur façon, ici-bas, les principes du Royaume.

- Eglises qui sortent de leurs bâtiments, pour transmettre tout ce que le Seigneur leur a appris.

- Parents qui cherchent les brebis perdues, les fils prodigues perdus parce qu’ils ont la passion des âmes.

- Parents qu'ils ressentent la souffrance du Père devant tous ceux qu'Il a perdu.

- Parents vivant tout autour d'eux, la réalité de l’Evangile de la grâce au contact du monde.

- Eglises qui vivent tournées vers le monde, associées à la vie du quartier, engagées à aider les gens dans le monde social et associatif de la cité.

- Eglises dont les disciples sont à l’oeuvre, associés chacun à leur place au ministère de Christ.

- Eglises dans lesquelles tous peuvent reconnaître Jésus-Christ vivant aujourd'hui, qui répand toujours l'Esprit Saint sur ceux  qui croient.

 

Bienvenue dans l'Eglise !

 

Toutes ces branches sont nourries de l'arbre de Vie et portent des fruits de la Vie éternelle ! 

"Je vous le dis, levez les yeux et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson !" Jean 4, 35. Voilà l’Eglise, dans toute sa diversité, la fiancée de Christ, capable de rentrer la moisson, de jeter un filet solide à la mer, sur sa parole, pour une pêche divine. Luc 5. 

 

Les rameaux sont les ouvriers, les fils du Royaume.

 

Maintenant, la mission de l'Eglise est d'aller dans le champ de Dieu pour rentrer sa moisson. Luc 10, 2b : "priez le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson.

Nous sommes ces équipes de rameaux sur ces branches, tous ces ouvriers du Père offrant autour de nous les fruits de l'arbre de la Vie pour la grande moisson dans le monde ! Chacun de nous ayant poussé de la branche divine est animé de la Vie de l'Esprit, comme Eve tirée d'Adam avait déjà en elle le souffle du Créateur et la ressemblance à Dieu. Genèse 2, 21-23

Nous sommes ainsi son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes oeuvres que Dieu a préparées (ou ordonnées) d'avance afin que nous les pratiquions. Ephésiens 2, 10. Oui, cette parole est pour tous. Chacun d'entre nous est un rameau indispensable, ultime lien

entre la branche et le fruit ! Le dernier élément qui porte le fruit, c'est toi, oui, toi aussi…

 

Nous sommes comme ces rameaux agités par la foule à l'entrée de Jésus à Jérusalem ! Nous voilà agités par le monde qui meurt, mais ainsi, nous adorons le Roi qui vient. Nous voilà, sans exception, invités, appelés, établis, puissamment fortifiés par l'Esprit dans notre homme intérieur, habités de Christ, enracinés et fondés dans l'Amour, remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu, Celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, Ephésiens 3, 14-20.

Oui, voilà ces rameaux de l'Esprit. Nous sommes ainsi les agents de la moisson. Levons-nous, portons du fruit éternel.

Les fruits sont la Vie éternelle, ils sont porteurs en eux-mêmes de l'ADN de Dieu !

 

C'est ici un grand principe du Royaume de Dieu : "Soyez féconds et multipliez" Genèse 1, 28. Soyez féconds de la Vie divine pour multiplier ; mangez de l'arbre de Vie pour donner la Vie. Psaume 1, l'arbre ici est un homme vivant en communion étroite avec son Dieu, mais c'est aussi

l'Eglise avec tout son feuillage persistant sur toutes ses branches si diverses. Regardez-les encore ces branches, il n'y en a pas deux pareilles ! Elles sont uniques dans leurs formes, tordues par les éléments de la vie, les vents contraires, mais toutes porteuses des fruits de la

promesse ! Quels sont donc ces fruits qui demeurent et qui portent du fruit à leur tour ?

 

Nous portons les fruits de Dieu parce que nous sommes greffés à l'arbre de Vie de Dieu ! Par l'Esprit de Dieu nous voyons les promesses s'accomplir et les gens naître de nouveau. Jean 14, 12 : "En vérité, en vérité, Je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que

Je fais, et il en fera de plus grandes parce que Je m'en vais au Père. Plus grandes, vraiment ? Mais il est écrit Jean 21, 25 : "Jésus a fait encore beaucoup d'autres choses ; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu'on écrirait."

 

Et pourtant Jésus-Christ dit que nous ferons des oeuvres plus grandes ! Quelles sont donc ces oeuvres plus grandes que ce que Jésus a faites et que nous pourrions faire ? Pourrions-nous les faire sans Lui, sans être les rameaux nourris de l'eau de sa parole, issus des racines et du tronc, portés par les branches divines ? Non, mais, il y a une oeuvre plus grande que Jésus n'a pas pu faire tout au long de son ministère et qu'Il a accompli une seule fois après sa résurrection : transmettre la Vie nouvelle par la nouvelle naissance. Jean 20, 22, "Jésus souffla sur eux et leur dit : recevez le Saint-Esprit". Jésus achevait ainsi son ministère ! 

C'est là l'oeuvre plus grande que tout ce qu'Il a fait et qu'Il nous charge maintenant d'accomplir, une oeuvre que chacun peut faire aujourd'hui : porter en nous le fruit de l'arbre de Vie et le transmettre autour de nous en conduisant les hommes vers Lui pour le salut dans la grâce.

 

Un tronc commun

 

Esaïe 11, 1-2 : "puis un rameau sortira du tronc d'Isaï, un rejeton naîtra de ses racines, l'Esprit de l'Eternel reposera sur Lui… Les projets de Dieu sont ces racines éternelles qui alimentent l'arbre de Vie. Christ est ce rameau qui bâtit aujourd'hui son Eglise pour le salut du monde.

1 Pierre 1, 10-12 : "Les prophètes qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l'objet de leurs recherches et de leurs investigations… Il leur fut révélé que ce n'était pas pour eux-mêmes, mais pour vous qu'ils étaient les dispensateurs de ces choses que vous ont annoncé maintenant ceux qui vous ont prêché l'Evangile par le Saint-Esprit envoyé du ciel, et dans lesquelles les anges désirent plonger leurs regards.

Ce tronc commun est le Royaume de Dieu, intérieur en nous, caché encore pour le monde, mais révélé par l'Esprit pour que tous nos rameaux puissent en sortir pour porter du fruit à leur tour, à la suite de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Nous devons tous ensemble nous y conformer, y puiser notre onction, nos forces, notre vision. Toutes nos diversités doivent s'en inspirer, notre complémentarité en démontrer la cohérence, et alors, ensemble, chacun pour notre part, nous pourrons répandre la Bonne Nouvelle dans les coeurs car le Christ est ressuscité !

Alors, oui, Luc 15, 32 : "Ne fallait-il pas faire la fête et nous réjouir ? En effet, ton frère qui est là était mort et il est revenu à la vie. Il était perdu et il est retrouvé".

Beaucoup sont encore perdus, mais pour chaque pécheur qui se repent, il y a déjà de la joie dans le ciel. Que cette joie de Dieu soit le signe de notre force pour ce que nous allons accomplir ensemble. Nos branches vont porter encore de nombreux fruits pour la Vie éternelle.

 

 

Alors que la fête soit signe de notre foi. Amen

 

 

Imprimer E-mail